Non classé

Mon enfant demande beaucoup d’attention et je suis fatiguée !

 

Depuis la naissance de mon petit dernier (née en 2015) je suis devenue tout naturellement une maman maternante : portage en écharpe, allaitement jusqu’à ses 2 ans et demie, cododo etc. Je dois avouer que parfois c’était très dur car les nuits étaient fragiles, je le portais beaucoup (aïe les épaules) et puis parfois je n’arrivais même pas à manger car il voulait toujours être pris. Je savais que c’était nécessaire pour lui. J’aimais être en contact avec lui, mais parfois c’était difficile et j’en pleurais de fatigue, et puis surtout j’avais besoin de prendre soin de moi.

Quand bébé à fini par s’endormir seul, j’ai beaucoup apprécié mes soirées à deux avec mon mari. Mais la journée était rude puisqu’il demandait beaucoup les bras et il fallait également jouer beaucoup avec lui. Mon mari et moi étions épuisés de cette situation. Parfois je lui disais en grognant : « occupe-toi de lui un peu ! » et lui me répondait : « mais je fais que ça ». Un soir quand notre fils dormait, mon mari et moi nous regardions soulagés et en même temps exténués par cette situation.

J’ai confié à mon mari que je n’appréciais plus mon rôle de maman et lui m’avoua également ses sentiments, nous étions EPUISES. Bien sûr nous aimons plus que tout nos enfants mais cela ne pouvait plus durer ! Il fallait que cette situation change!

Effectivement il y a des enfants qui sont plus exigeants que d’autres, du coup qui nous fatiguent plus, donc :

« Comment je remplis mon réservoir pour être en capacité de faire face à chaque situation (ou presque) ? »

Il fallait qu’on remplisse notre réservoir avec des petits plaisirs du quotidien qui nous permettrait de nous sentir mieux : aller voir des amis, se faire un petit resto, lire un livre… Bref, prendre le temps de s’accorder un moment pour prendre soin de soi.

Par moments, je pétais un câble, je criais de désespoir, de fatigue, je voulais du temps pour moi. Je voulais juste qu’on me « foute la paix ».

Et bien si tu te reconnais là-dedans, je vais te dire que je te comprends, qu’on ne peut pas toujours être dispo et qu’on a besoin de penser à soi aussi.

Que se passe-t-il quand je n’écoute plus mes besoins et que je m’épuise ?

La violence (physique ou morale) arrive parce que nous sommes frustrés, et que probablement tu as déjà essayé des choses pour que ton enfant te laisse plus de liberté et que ces choses-là n’ont pas fonctionné. C’est là qu’à un moment donné la colère se transforme et explose par la frustration due à l’accumulation.

Un enfant qui demande trop d’attention, c’est difficile au quotidien et parfois à trop vouloir bien faire, on peut empirer les choses. On se sent submergé et en plus on lutte car on pense que c’est trop important pour l’enfant. Alors on essaye d’être patient, de prendre sur soi parce qu’on se dit que c’est mieux pour son enfant sauf qu’à force de trop prendre sur soi, à un moment donné, on explose.

Personne ne doit vous dire comment faire, vous seul devez prendre cette décision !

Cependant pour t’aider, tu peux te poser cette question (qui m’a beaucoup aidé) :

Qu’est-ce qui est moins pire pour toi ?

Entre prendre sur soi et avoir des colères explosives ?

ou

Être un tout petit peu moins à l’écoute de l’enfant à certains moments, quitte à ce que lui le manifeste en n’étant pas content ou qu’il fasse une crise ?

Moi perso, tu l’auras deviné certainement j’ai choisi la 2ème option.  Mais c’est un choix qui t’appartient !

Maintenant que ma décision est prise je me suis mis d’accord avec mon mari. Nous étions ok tous les deux et quel soulagement ! Nous étions prêts tous les 2 à accueillir la frustration de notre garçon quand nous ne sommes pas disponibles pour lui. Pour moi la parentalité positive c’est un équilibre entre le parent et l’enfant, je suis bienveillante justement car j’ai écouté mes besoins et je suis prête à écouter sa frustration parce que je ne suis pas forcément disponible pour lui.

Ce qui est fou c’est qu’en une journée seulement nous avons eu des résultats. D’ailleurs nous étions surpris car nous pensions réellement que cela aurait duré beaucoup plus longtemps. Depuis, nous prenons beaucoup de plaisir à jouer avec lui en prenant soin de nous. 

C’est vraiment important à un moment donné de lâcher prise, car non, on ne peut pas être toujours dispo, mais par contre si pour toi c’est ok, alors ne change rien. En tout cas si la situation provoque des colères explosives car tu es frustré de la situation, et bien il est temps de changer les choses et de t’écouter pour rester bienveillante avec tes enfants.

Pour aller plus loin, tu peux rejoindre le programme « Plaisir d’être maman », conçu pour les mamans au bord de la crise de nerfs : Clique ici

Sans titre-2

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 Comments

  1. Caroline Muller

    20 juillet 2017 at 16 h 12 min

    Bonjour,
    Je me suis reconnue dans votre article. Il n’est pas toujours aisé d’être une maman zen et bienveillante quand les nuits agitées s’enchainent depuis des mois et que les journées sont sportives avec un p’ti bout qui demande une énergie de fou ! Je suis moi aussi passée par ses phases frôlant le désespoir de voir les choses s’apaiser tant j’étais fatiguée. Et finalement ce qui m’a permit de sortir la tête de l’eau, c’est mon métier… Je suis sophrologue et un jour où je sentais une rage monter en moi alors que mon bébé ne voulais toujours pas dormir après plus d’une heure et demi de câlins et autres caresses mes pratiques m’ont quasiment sautées au visage : « Caroline, pourquoi cette colère? que veut elle te dire de toi et de tes besoins ? » et alors je me suis mise à respirer. Le calme étant revenu, je me suis aperçue que je ne pratiquais plus les exercices que j’enseigne à mes clients.
    Depuis j’ai repris mes bonnes habitudes, je respire, je prend de la hauteur également et chaque fois que ça me semble difficile je me dis : « profites de ton enfant maintenant, quand il aura 20 ans, tous ces câlins te manqueront alors prends les aujourd’hui !  »
    Et puis effectivement, tout comme vous, maintenant qu’il est un peu plus grand, je m’autorise à le « frustrer » un peu quand j’ai besoin de temps pour moi ; au final : il ronchonne 5 mn et se met à jouer pendant que je vaque à une ou deux choses pour MOI !
    Quelle énergie nous possédons, sans le savoir forcément !!

    Caroline Muller

    1. Roselyne

      21 juillet 2017 at 12 h 18 min

      Merci beaucoup pour ton témoignage Caroline ❤️

Leave a Reply